Des chiens de détection pour la Covid-19

Les premiers essais de dépistage de la Covid-19 par des chiens reniflant des prélèvements de sueur axillaire ont été initiés par le Pr Dominique Grandjean et son équipe, à l’ENVA (Ecole nationale vétérinaire d’Alfort), fin avril, et ont conduit à des résultats significatifs qui ont fait l’objet d’une publication en preprint.

« Plusieurs pays ont sollicité l’expertise Nosaïs afin de développer un protocole similaire dans une finalité opérationnelle de dépistage de masse : l’Argentine et le Chili qui envisagent un déploiement dans les aéroports, le Brésil, l’Australie ou encore prochainement la Belgique. Les Emirats arabes unis, grâce à d’importants moyens mis en œuvre, déploient actuellement les 20 équipes déjà formées au sein de l’aéroport de Dubaï. Une mise en œuvre à l’arrivée des paquebots de touristes est également envisagée », précise l’ENVA.

Le travail de recherche se poursuit afin de déterminer les valeurs de sensibilité et spécificité de l’approche canine.

Huit chiens travaillent au quotidien sur le campus de l’école, tandis que huit autres travaillent en Corse du Sud.

Le travail initial se termine au Liban, dans le cadre de la collaboration avec l’Université Saint Joseph de Beyrouth.

Nosaïs-Covid-19 est porté en partenariat avec l’hôpital militaire Begin, l’AP-HP, la Compagnie Cynophile de la préfecture de police, les sapeurs-pompiers de Seine et Marne et de l’Oise, les gendarmes et pompiers de Corse du Sud et les entreprises Cyno-Pro Détection Dog et Diagnose.

Ce projet illustre la mobilisation des équipes de l’ENVA dans la crise sanitaire liée au SRAS-CoV-2. L’unité mixte ENVA- Anses-INRA de virologie coordonne quant à elle des projets sur la compréhension de ce coronavirus.

Conclusion

Une fois de plus, nos amis canins viennent à notre secours.

Le travail s’effectue avec des bergers belges malinois.

Il leur faut 4 à 5 jours pour mémoriser l’odeur spécifique de personnes infectées par le virus qui secoue l’humanité.

Le taux de réussite avoisine les 95 %, ce qui est remarquable. Sans oublier que depuis quelques années ils sont capables de révéler des cancers humains comme celui des poumons, du sein, de la prostate, de l’ovaire. A terme on a même l’espoir qu’ils détectent tous les types de cancer.

Leur aide ne s’arrête pas là :

  • Repérage des mines pour l’armée
  • Recherche de drogues, argent, explosifs
  • Recherche de personnes bloquées sous les décombres lors de tremblements de terre, sous la neige lors d’avalanches, de personnes disparues pour des enquêtes policières
  • Chiens guides d’aveugle, pour des personnes handicapées

La liste ne peut être exhaustive…

Ce sont de précieux alliés et de merveilleux compagnons de vie.

Sources :

  1. La Dépêche Vétérinaire – l’instantané du mercredi 29 juillet 2020 – Des partenariats internationaux pour les chiens de détection de la Covid-19
  2. La Voix des Bêtes n° 260 de juillet 2020
  3. https://lejournal.cnrs.fr/articles/covid-19-les-chiens-renifleurs-a-la-rescousse
  4. https://www.lci.fr/sante/video-des-chiens-renifleurs-entraines-a-detecter-les-malades-du-covid-19-les-1ers-resultats-sont-bluffants-2154585.html
Cet article a été sélectionné et rédigé pour vous par la Clinique La Renardière