Vers l’élimination de la rage autochtone dans l’Union Européenne (UE) en 2020

  • En 2018 et 2019, le virus de la rage n’était plus présent que dans trois, puis deux Etats membres de l’UE28 respectivement, et le nombre de cas se comptaient sur les doigts d’une main.
  • Des experts français et européens rappellent que la Commission européenne a fixé 2020 comme objectif d’élimination de la rage animale dans l’UE28.
  • Ils estiment qu’il est possible d’atteindre cet objectif, et l’illustrent par les résultats de 30 ans de lutte, financée par Bruxelles au sein de l’UE comme à ses frontières.
  • Cette lutte repose sur deux campagnes annuelles de vaccination orale des renards, chiens viverrins et autres chacals (qui se fait à l’aide de machines automatisées avec géolocalisation en continu) et sur la surveillance, de la prise vaccinale d’une part, et des cas de rage d’autre part.

L’intoxication par les noix moisies

Le saviez-vous ? Le nombre d’intoxications aux noix moisies a significativement augmenté

L’intoxication de carnivores domestiques suite à l’ingestion de noix moisies est rapportée dans la littérature et attribuée à des mycotoxines trémorigènes (le plus souvent penitrem A et/ou roquefortine produites par des moisissures du genre Penicillium). Les cas décrits dans la littérature font suite à l’ingestion par des chiens de compost ou d’aliments moisis divers : fromage, pain, riz… Bien que peu d’auteurs rapportent spécifiquement des cas d’intoxication en rapport avec l’ingestion de noix moisies, cette intoxication mérite d’être connue car sa survenue sous forme de séries de cas peut parfois évoquer à tort des actes de malveillance.

La maladie de Carré (vidéo et article)

La Maladie de Carré est une maladie infectieuse causée par un paramyxovirus. Elle affecte principalement les chiens, les autres canidés (loups, renards…) et les mustélidés (furets, belettes…). Toutefois, des cas de cette maladie ont pu être observés dans d’autres types de populations d’animaux. L’article et la vidéo proposés abordent la Maladie de Carré chez les canidés mais évoquent également des cas de cette affection diagnostiqués parmi certaines populations d’animaux sauvages comme les lions de la réserve de Serengeti ou encore des baleines pilotes au large des côtes néo-zélandaises.

Les femmes dormant avec un chien ont un meilleur sommeil

Dans de nombreuses régions du monde les personnes partagent leur lit avec des humains mais aussi avec des chiens et des chats.

Une étude a été menée aux Etats-Unis sur 962 femmes adultes pour étudier les relations entre la possession d’un animal et le sommeil humain.

Les propriétaires de chiens ont des horaires de coucher et de réveil plus précoces que celles possédant des chats uniquement.

Comparés aux humains, les chiens qui dorment dans le lit sont perçus comme perturbant moins le sommeil et associés à des sentiments plus forts de confort et de sécurité. A l’inverse, les chats qui dorment dans le lit sont décrits comme aussi perturbants que les partenaires humains et associés à un sentiment de confort et de sécurité plus faible que les partenaires humains et canins.

Sources : La Dépêche Vétérinaire n° 1462 du 15 au 21 décembre 2018

Cet article a été sélectionné et rédigé pour vous par la Clinique La Renardière