Alerte à la maladie d’Aujeszky !

Cette pseudo-rage tueuse de chiens 

La maladie d’Aujeszky est une maladie virale (Suid herpesvirus 1) qui touche les suidés domestiques et sauvages (porcs et sangliers), et de façon accidentelle les carnivores, les équidés et les ruminants. Ce n’est pas une zoonose : elle n’est pas transmissible à l’homme, la viande peut donc être consommée. Le virus est également thermosensible (il est détruit par la chaleur lors de la cuisson).

Cette maladie a pris de plus en plus d’importance à travers le monde depuis son identification en 1902 par un vétérinaire hongrois.

La France est considérée indemne de la maladie en élevage porcin mais le virus circule toujours chez les sangliers sauvages. On considère que 30 % d’entre eux en sont porteurs : des études sont réalisées actuellement pour confirmer ce taux.

Les suidés infectés sont la principale source de diffusion du virus.

Les autres espèces ne sont atteintes qu’exceptionnellement et ne constituent pas une source d’infection en raison de la mortalité extrêmement rapide des sujets atteints (2 à 6 jours) interrompant ainsi la propagation du virus. Par conséquent, les chiens ne se contaminent pas entre eux.

La survie du virus dans l’environnement est variable, autour de quelques jours à quelques semaines en fonction du type de sol et des conditions climatiques. Les sécrétions nasales, buccales et génitales (le sperme) sont contaminantes via des aérosols (les microgouttelettes des éternuements des animaux malades par exemple) ou via les sols et les objets contaminés. Le sang, la viande et les viscères sont également contaminants.

Chez les suidés adultes on note une perte d’appétit, une fièvre persistante, des troubles respiratoires et de la reproduction. Chez les jeunes, la morbidité est accrue avec de la fièvre et des symptômes nerveux (démarche titubante, crises convulsives, tremblements et pédalages).

Chez les autres espèces (chiens, chats, bovins, caprins, ovins et équins) les animaux contaminés présentent généralement des signes nerveux (démangeaisons démentielles) avec ou sans forte fièvre.

La mort intervient inexorablement en 2 à 3 jours après le début des symptômes. Le chat est si sensible qu’il meurt en quelques heures avant que les symptômes ne soient perceptibles.

Après ces généralités, venons-en au chien, notre sujet principal.

Chez le chien, le virus est responsable d’une encéphalomyélite évoluant rapidement vers la mort.

La contamination se fait généralement lors de l’ingestion de viande ou de viscères de sanglier contaminé par le virus. L’incubation est très courte (2 à 6 jours).

Les premiers signes cliniques sont des modifications comportementales pouvant être confondues avec celles de la rage d’où le nom de pseudo-rage donné à cette maladie : l’animal est abattu, inquiet, agressif. Très rapidement, des démangeaisons très intenses apparaissent. Elles se localisent essentiellement au niveau de la tête et vont souvent jusqu’à l’automutilation entrainant des lésions spectaculaires.

L’affection évolue rapidement vers une paralysie du pharynx, responsable de troubles de la déglutition et une hypersalivation. Une parésie, puis une paraplégie précèdent de peu la mort qui survient en 48h après d’atroces souffrances.

En raison d’une symptomatologie proche de la rage, une recherche rabique est systématiquement demandée et les personnes ayant eu un contact avec l’animal sont répertoriées. La tête de l’animal est envoyée à l’Institut Pasteur.

La maladie est mortelle pour le chien à 100 % et il n’existe aujourd’hui aucun traitement 

Je rappelle que les viscères, la viande et le sang sont contaminants. Il est donc déconseillé de nourrir les chiens avec de la viande crue de sanglier dont l’origine est incertaine et non contrôlée.

Ce sont bien évidemment les chiens de chasse qui sont les plus touchés par la maladie d’Aujeszky. Ces derniers mois, certains chasseurs ont perdus la même semaine plusieurs de leurs compagnons canins.

La maladie se transmet aux animaux au cours de contacts rapprochés avec des sangliers porteurs du virus en particulier lors d’actions de chasse comme par exemple lors du « ferme ».

Pendant une chasse au ferme, les chiens sont lancés à la poursuite d’une proie qui se trouve encerclée, immobilisée « en-fermé ». Celle-ci est ensuite souvent mordue contaminant ainsi ses assaillants.

 

Préventions

Il n’existe pas de traitement.

Il n’existe pas de vaccin spécifique pour les chiens.

Les seuls vaccins qui existent, sont des vaccins pour les porcs mais la filière porcine étant indemne de la maladie d’Aujezsky en France, il n’y a plus de vaccin en France.

Seuls des vaccins inactivés pour l’espèce porcine peuvent être prescrits et administrés à l’espèce canine par un vétérinaire dans le cadre de la cascade, sous sa responsabilité professionnelle personnelle.

Il faut donc importer le vaccin avec une AMM (autorisation de mise sur le marché) d’un autre Etat membre de la Communauté européenne où il est disponible et où la maladie existe, après avoir fait une demande d’autorisation temporaire d’utilisation auprès de l’ANSES.

L’efficacité du vaccin chez le chien n’a pas été démontrée mais des études en France sont en cours : il semblerait qu’il protège à 60-70 % contre la maladie mais face à une mortalité de 100 % il est la seule arme dont nous disposons. Le protocole vaccinal consiste en 2 injections à 3 semaines d’intervalle avec un rappel à 6 mois. La vaccination est efficace un mois après la 2ème dose.

L’autre axe de prévention consiste en des mesures de bons sens. En fin de chasse, il est fortement déconseillé de nourrir les chiens avec de la viande fraiche de sanglier et les déchets de venaison ne doivent pas être laissés à l’état sauvage. Les animaux tués ne doivent pas être découpés à même le sol mais sur des bâches pour éviter de souiller la terre avec du sang contaminant.

Attention nos chiens de compagnie, s’ils sont moins concernés, ne sont pas totalement à l’abri lors de leurs promenades en forêts (sangliers blessés, résidus de chasse abandonnés).

Je vous appelle à la plus grande vigilance.

Sources :

https://www.fregis.com/infos-sante/maladie-daujeszky-pseudo-rage-chez-chien

https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/haute-marne/plusieurs-chiens-victimes-de-la-maladie-d-aujeszky-les-chasseurs-reclament-un-vaccin

https://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/virus-de-sanglier-et-tueuse-de-chien-la-maladie-daujeszky-frappe-en-ile-de-france-et-dans-loise

https://jhm.fr/maladie-daujeszky-la-vaccination-sorganise

https://www.depecheveterinaire.com/maladie-d-aujeszky-pas-de-vaccin-chez-le-chien-mais-possibilite-d-importer

https://www.toutoupourlechien.com/maladie-aujeszky-chien.html

Cet article a été rédigé par le Dr CARRERE