Un milieu adapté pour les NAC

Les maladies dont souffrent lapins, cochons d’Inde, hamsters… sont souvent liées à un environnement défectueux.

Une cage ventilée et spacieuse

Il convient de choisir une cage suffisamment grande, d’autant que lapins et cochons d’Inde apprécient de vivre avec un congénère. N’hésitez pas à faire vérifier le sexage par un vétérinaire au risque de finir avec une famille nombreuse ! Il est préférable de privilégier une cage munie de barreaux plutôt que celles aux parois en plexiglass. Si ces dernières ont le mérite de maintenir propre les alentours de la cage, elles ne permettent pas une aération suffisante et favorisent l’apparition de pathologies respiratoires et oculaires.

Un substrat de qualité

Litières de foin, de gravillons ou de copeaux sont à éviter au profit du chanvre. La cage doit rester propre afin de limiter les problèmes cutanés en particulier sous les postérieurs des lapins. Une litière poussiéreuse irrite quant à elle les voies respiratoires

Un environnement stimulant

Les lapins, comme les cochons d’Inde sont curieux et joueurs. Il est important d’enrichir leur environnement de cachettes et autres jeux. L’idéal est bien sûr de les faire sortir de leur cage tout en veillant à garantir la sécurité de la zone à laquelle ils ont accès. Gare aux fils électriques ! Les lapins qui auront la chance de pouvoir profiter d’un jardin doivent être vaccinés contre la myxomatose et la maladie hémorragique.

Une alimentation appropriée

Pour éviter les affections dentaires, l’alimentation doit être composée principalement de foin de bonne qualité. Le foin doit être vert, odorant, non poussiéreux et facile à attraper dans le sac. Il peut d’ailleurs suffire à alimenter l’animal. Les granulés ne doivent pas dépasser 25g/kg et par jour. La portion de fruit doit être raisonnable pour limiter l’apport en sucre : 1/8e de pomme, une fraise, 2 rondelles de banane … Enfin les sucreries type bâtonnets de céréales au miel sont à proscrire absolument. Si l’installation de nos compagnons est importante le reste de la maison l’est aussi. Hygrométrie de 50 %, absence de courant d’air et de fumée en tout genre (cigarette, diffuseur d’odeur …) sont à exclure pour leur bonne santé.

Sources : Télé Z n° 1907 du 30 mars au 5 avril – Dr Céline Lacourt

Cet article a été sélectionné pour vous par la Clinique Vétérinaire la Renardière