L’apprentissage de la propreté

Les chiens comme les chats sont des animaux propres. Néanmoins quelques gestes simples sont à mettre en place dès leur plus jeune âge afin de permettre à tous de vivre en « bonne harmonie ».

Lorsqu’on adopte un chaton, les choses sont simples. Il faut prévoir un bac rempli de litière et l’y déposer dès son arrivée. S’il ne se met pas spontanément à gratter, pas d’inquiétude, on déposera dans la litière la première selle faite en dehors et on remettra le chaton dans la litière où il reconnaîtra son odeur.

Le chiot a besoin de plus de temps pour devenir propre puisqu’il n’a pas accès en permanence à ses « toilettes ». Il fait principalement ses besoins au réveil et après les repas. C’est le moment de le sortir rapidement, en le portant s’il n’est pas trop lourd, car il risque de faire dès le seuil franchi et se retiendra dans vos bras. Dès que le chiot fait ses besoins dehors, récompenses, congratulations et tout le cérémonial sont de mise ! Il comprendra que ce qu’il a fait est important pour vous et aura envie de recommencer pour vous faire plaisir. N’oubliez pas d’ailleurs de ramasser son « cadeau » et de le jeter.

En cas d’accident à la maison, il est inutile de gronder le chiot, il faut en revanche l’isoler le temps de nettoyer afin de ne pas provoquer une situation de jeu. De même, évitez l’usage de l’eau de javel dont nos compagnons apprécient l’odeur au point de vouloir refaire pipi dessus. Le fractionnement des repas à heures fixes régule le transit et facilite la planification des sorties. En général, vers 4/5 mois, tous les chiens sont propres !

Marquage ou cystite…

Il peut arriver que votre compagnon devienne malpropre. Les animaux les plus dominants ont tendance à marquer leur territoire. Mâles comme femelles déposent alors un petit jet d’urine. Une grande émotion, de joie comme de peur, peut aussi s’associer à un petit « oubli » surtout chez les chiens. D’autres explications peuvent être mises en avant lors de malpropreté. Les chats sont très sensibles à l’état de leur litière et certains ne supportent pas d’y retourner si elle n’est pas nettoyée.

Des maladies métaboliques comme le diabète ou l’insuffisance rénale augmentent la fréquence des mictions. Il peut alors arriver que l’animal ne puisse pas se retenir et fasse dans la maison. Chez le mâle entier, la prostate doit être contrôlée, chez la femelle non stérilisée, il faut vérifier l’absence d’infection utérine. Enfin, une difficulté à uriner associée à des traces de sang dans les urines est souvent révélatrice d’une cystite. L’incontinence peut aussi apparaître avec l’âge. Mais d’autres causes existent et peuvent être soignées. Consultez votre vétérinaire.

Sources : TéléZ n° 1799 du 4 au 10 mars 2017 – Dr Céline Lacourt

Cet article a été sélectionné pour vous par la Clinique La Renardière